Les biogaz

Tout d’abord, dans le cadre du Programme Biogaz (à partir de 2010) et puis, en 2015, dans le cadre du système de plafonnement et d’échange de droits d’émission des gaz à effets de serre (SPEDE), la Régie intermunicipale des déchets de la Lièvre a décidé de procéder à la destruction des biogaz provenant des cellules d’enfouissement sanitaires et techniques.  

30 capteurs de biogaz ont été installés sur l’ensemble de nos cellules d’enfouissement sanitaires et techniques.  Les capteurs acheminent les biogaz vers la torchère qui les brûle.  Une fois brûlés, les biogaz sont 21 fois moins nocifs que ceux laissés à l’air libre.

C'est Gaz métro qui, depuis 2015, achète les crédits compensatoires de la Régie.